COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA REUNION EXTRAORDINAIRE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MARDI 29 JANVIER 2013

Bujumbura, 30 janvier 2013 (PP) :

Le Conseil des Ministres s’est réuni en séance extraordinaire ce mardi 29 janvier 2013 sous la présidence de son Excellence le Président de la République, Monsieur Pierre NKURUNZIZA.

A l’ordre du jour figurait un seul point à savoirs l’Analyse des mesures prises par le Conseil National de Sécurité suite à l’incendie du Marché Central de Bujumbura ».

C’est le Ministre de la Sécurité Publique qui a présenté le dossier, en commençant par le rappel des faits pour ensuite terminer par les différentes actions à mener.

Il a rappelé que l’incendie s’est déclaré aux environs de 7 heures et que les sapeurs pompiers ont été appelés à 7h15, l’intervention ayant commencé à 7h20 avec des moyens assez limités et que le feu a été maîtrisé à 16 h.

Le Ministre a ensuite parlé des mesures envisagées pour limiter les dégâts causés par l’incendie et pour une gestion appropriée de cette catastrophe qui a touché la vie de la population en général.

Au cours des échanges, le Conseil a apprécié le travail plus que remarquable effectué par les forces de l’ordre parce que leur intervention spontanée et professionnelle a pu limiter les dégâts car, étant donné l’emplacement du marché central, l’incendie aurait pu s’étendre à d’autres infrastructures, avec des conséquences inimaginables.

Le Conseil des ministres a également apprécié la contribution du Gouvernement rwandais qui, une fois sollicité n’a pas hésité une seconde pour mettre à disposition un appareil, dont l’intervention a joué un rôle dans la maitrise de l’incendie. Le gouvernement remercie les autorités rwandaises pour ce geste de solidarité.

Le Conseil a par ailleurs apprécié le comportement exemplaire de la population de Bujumbura, qui, malgré l’émotion et un certain désarroi, s’est retenue, même si quelques actes de pillage ont été observés, mais heureusement vite maîtrisés par les forces de l’ordre.

Le Conseil des Ministres a en outre salué le travail des médias qui, dans la fraîcheur des faits, ont alerté la population et les différentes autorités. Toutefois le Gouvernement recommande aux médias, que dans des circonstances aussi difficiles, la priorité soit réservée à des messages apaisants basés sur des faits vérifiés, plutôt que laisser la place à des opinions alarmistes.

Le Conseil a par la suite analysé les différentes actions à mener proposées par le Conseil National de Sécurité et les a adoptées, tout en concluant sur les mesures urgentes suivantes :

1. Procéder à la fermeture officielle du marché central de Bujumbura.

2. Aménager rapidement le terrain près de l’ex- COTEBU comme marché provisoire et veiller à ce que les services techniques travaillent assidûment pour que ce nouveau site soit fonctionnel le plus vite possible, avec un chronogramme précis à respecter ;

3. Réorienter les commerçants dans d’autres marchés qui ont encore de l’espace en attendant que le nouveau marché provisoire soit fonctionnel ;

4. Procéder à l’ouverture du marché central aussitôt que possible afin que les commerçants, après identification en collaboration avec les services de SOGEMAC, puissent récupérer ce qui reste de leurs marchandises et ainsi permettre aux magasins autour du marché de rouvrir leurs activités car ils ont peur des éventuels bandits qui rodent encore autour du marché central,

5. Mettre fin à la gestion anarchique des marchés en établissant des critères claires et préalables à l’octroi d’espaces commerciales notamment l’exigence du Registre de Commerce, le Numéro d’Identification Fiscale, ainsi que l’assurance obligatoire des marchandises ;

6. Mettre en place une structure de contrôle et d’inspection des marchés avec pouvoir de décision ;

7. Mettre fin à l’octroi des permis de bâtir aux stations de carburants près des marchés ou des agglomérations en attendant la fermeture de celles existantes après évaluation.

8. Aménager des nouveaux parkings et les stations de bus avec itinéraires et terminus bien précis.

9. Accélérer les enquêtes confiées à la Commission mise en place par le Procureur Général de la République et faire tout le possible pour apprêter le rapport endéans 20 jours.

10. Procéder à une communication régulière par les structures de gestion mises en place pour le suivi de cette question sur l’évolution de la situation.

11. Mettre sur pied un Service d’écoute au Centre Ville de Bujumbura pour aider les victimes de cette catastrophe à surmonter le choc.

12. Inviter la population à la solidarité nationale, et ce en commençant par les plus hauts responsables, pour constituer un Fonds d’aide aux populations victimes de cet incendie et à la construction du marché provisoire. Un compte a été déjà ouvert à la Banque de la République du Burundi, sous le numéro 1110/1999.

13. Mobiliser les partenaires bilatéraux et multilatéraux en vue de la recherche des Fonds pour la reconstruction d’un nouveau marché moderne et de l’acquisition des équipements de secours et de protection des marchés existants.

Le Conseil des Ministres tient par ailleurs à informer l’opinion que sur rapport du Ministère de la Santé et de la Lutte contre le SIDA, il n’y a pas de mort enregistrée dans cet incendie et que sur 35 personnes ayant été admis dans les hôpitaux, 32 sont déjà rentrées chez elles et que les deux qui sont encore à l’hôpital sont entrain d’être suivies par les services étatiques compétents.

Le Conseil invite la population et les commerçants en particulier, à confier leur argent aux différentes banques, au lieu de le garder sur eux ou dans leurs boutiques.
Enfin, le Gouvernement tient à démentir la rumeur ayant circulé faisant état du paiement de l’impôt sur les montants placés en banques et qui aurait amené certains à se méfier de ces institutions et de retirer leur argent pour le garder sur eux. Il s’agit d’une pure désinformation car seuls les intérêts sur les placements seront frappés d’impôts et même là aussi, c’est à partir d’un certain montant.

Bujumbura, le 29 janvier 2013.-

Le Secrétaire Général du Gouvernement et porte parole du Gouvernement

Actualités

UMUKURU W’IGIHUGU YASHIKIRIJE IJAMBO ABARUNDI N’AMAKUNGU

Barundi, Barundikazi, Ncuti z’Uburundi ; 1. Umwaka w’2016 turawusozereye, dutanguye uw’2017 turi mu mahoro...

© 2014 Présidence de la République du Burundi - Presidence.gov.bi